Régis Rossi: "Le manque de formation des managers à l’intelligence émotionnelle a des conséquences"

Régis Rossi

L'Innovation Day 2017 accueille cette année Régis Rossi, illusionniste et conférencier. En attendant sa conférence, Régis Rossi évoque son approche de la communication relationnelle où l'intelligence émotionnelle joue un rôle fondamental.

 

Le Village by CA Paris: Que vous apporte la prestation d’un métier lié au spectacle comme illusionniste à celle de conférencier RH ?

Régis Rossi: L’illusionnisme est mon moyen d’expression. Les neurosciences nous renseignent sur la manière dont fonctionne notre mémoire. Un message est d’autant plus mémorisé qu’il est actif sur trois dimensions cognitives simultanément : l’attention, la perception et l’émotion. Pour que mes messages aient un impact fort, je dois alors travailler sur ces trois dimensions. C’est une manière pour moi de permettre aux personnes de se souvenir pendant longtemps de ce qu’ils ont vécu et des messages véhiculés. V: Vos interventions s’adressent principalement aux managers ou aux dirigeants. Pourquoi eux en particulier ?

R. R: Il est vrai que la plupart de mes conférences ont en général pour public des managers fonctionnels et des dirigeants. Cependant, mes interventions s’adressent également à des managers de proximité, des experts tels que des pharmaciens, des médecins, des expert-comptables, ou des juristes. Les dirigeants comme les managers ont un rôle fondamental dans la réussite collective de l’organisation dans laquelle ils se trouvent. Cette réussite dépend en grande partie de la manière dont ils vont conduire leurs équipes. Ce sont eux qui vont insuffler le degré d’engagement de ces dernières. Et comment vont-ils impacter l’engagement de leur équipes ? Et bien tout simplement à travers leurs convictions et leurs valeurs. Vous pouvez avoir une très bonne équipe, si cette dernière est conduite par un manager qui n’a pas de valeurs profondes ou de convictions fortes, ses résultats ne seront pas optimums car il n’aura pas su ‘engager’ ses équipes.

V: Vos conseils mettent en avant ce que vous appelez le « quotient émotionnel ». Qu’est-ce que c’est ?

R. R: L’intelligence émotionnelle est notre capacité à prendre conscience de nos propres émotions, à percevoir et déchiffrer celles des autres de manière à créer des relations durables et efficaces. Un haut niveau d’intelligence émotionnelle est devenu l’une des compétences essentielles des managers et des dirigeants. Selon une étude menée au sein d’une grande firme américaine, il a été établi que les salariés d’une entreprise ne quittent pas une organisation, mais des managers toxiques. De ce fait, le manque de formation des managers à l’intelligence émotionnelle entraine des conséquences, notamment financières, très lourdes pour l’entreprise : turnover important des employés, perte d’engagement, départ des talents, faible taux de créativité…

 

 "Le QI sans le QE est la ruine de l’âme, et que le QE sans le QI est la ruine de l’esprit. »

 

V: Est-ce que comme le quotient intellectuel toutes les personnes en sont inégalement pourvues ?

R. R: Contrairement au QI et à la personnalité qui sont établis tôt et restent relativement constants, l’intelligence émotionnelle est plus flexible. L’intelligence émotionnelle est une aptitude sur laquelle nous pouvons véritablement travailler et que nous pouvons apprendre à développer même sur le tard. Bien évidemment, il y a des prédispositions de certaines personnes à détecter leurs émotions et celles des autres. Mais contrairement au QI, le QE peut avoir une grande marge de progression.

V: Sur le quotient émotionnel, on est donc davantage sur de l’acquis, plutôt que sur de l’inné…

R. R: Oui c’est quelque chose qui se construit au fur et à mesure. Cela demande un véritable travail sur soi. Un spécialiste du quotient émotionnel disait que « le QI sans le QE est la ruine de l’âme, et que le QE sans le QI est la ruine de l’esprit. »

V: Quelles ont été les personnes ou les lectures qui vous ont inspirées pour développer votre approche managériale ?

R. R: Les lectures en psychologie positive, notamment les ouvrages de Martin Seligman, père fondateur de cette dernière, ont été un vrai tremplin dans ma manière d’appréhender l’univers professionnel. Le livre, la force de l’optimisme, démontre à quel point les réussites individuelles et collectives dépendent en grande partie du regard positif que nous portons sur les résultats à atteindre. De nombreux autres ouvrages dont le dernier marquant est celui de Jacques Lecomte, les entreprises humanistes, comment elles vont changer le monde, nous apporte une nouvelle philosophie du management. D’autres ouvrages liés à « l’Appreciative inquiry », dont ceux de Jean Pages, nous permettent d’avoir un nouveau regard sur l’entreprise et un management fondé sur l’altruisme, la confiance, la coopération, la bienveillance. Enfin, les personnes qui m’inspirent sont les dirigeants que j’accompagne et qui me prouvent qu’avoir des convictions fortes, les rend capables d’inspirer les autres par leur vision.

3 Commentaires
  • Ellemaify (non vérifié)
  • 18 june 2019
  • 15:02

Buy Otc Zoloft Propecia Generic Finasteride Pattern Baldness viagra Amoxicillin 400mg Suspension Dose For Children Lumigan Dosis Kamagra Gel

  • Ellemaify (non vérifié)
  • 10 june 2019
  • 14:15

Buy Citalaprom Online No Prescription Anwendung Levitra Levitra 20 Mg Effetti Collaterali generic viagra Cialis Para La Disfuncion Erectil Vigra For Sale

Laisser un commentaire